Beszámolók

Fazekas Zsuzsanna

Rapport de recherche

 

Comme je l'ai indiqué dans ma lettre de motivation pour la Bourse d'excellence de l'Atelier, pendant mon séjour à Paris au mois de novembre 2014 j'avais l'intention d'élaborer les bases théoriques de mes recherches concernant la célébration des fêtes nationales à l'époque de Rákosi en Hongrie. Je voulais me familiariser avec la littérature internationale concernant l'analyse des fêtes et ajouter de nouveaux points d'analyse à mes recherches.

Pendant ce mois du séjour scientifique, j'ai fait des recherches surtout à la Bibliothèque Nationale de France, où j'ai étudié plusieurs oeuvres sur la genèse et la création des fêtes nationales en France. J'ai étudié les ouvrages de Mona Ozouf, Olivier Ihl et Rémi Dalisson concernant les fêtes nationales de France, surtout le 14 juillet, le 11 novembre et la transformation de la structure des fêtes françaises à l'époque de la seconde guerre mondiale (Mona Ozouf: La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, 1976; Olivier Ihl: La fête républicaine, Paris, 1996; Rémi Dalisson: Célébrer la Nation: Les fêtes nationales en France de 1789 à nos jours, Paris, 2009; Rémi Dalisson: 11 novembre, du souvenir à la mémoire, Paris, 2013; Rémi Dalisson: Les fêtes du Maréchal: Propagande festive et imaginaire national dans la France de Vichy, Paris, 2008).

Je me suis familiarisée avec quelques ouvrages anglais concernant l'usage des fêtes nationales et de la politique symbolique (David I. Kertzer: Ritual, Politics, and Power, New Haven–London, 1988; Gabriella Elgenius: Symbols of Nations and Nationalism. Celebrating Nationhood, Houndmills–New York, 2011; National Days. Constructing and Mobilising National Identity, David McCrone, Gayle McPherson (ed.), Houndmills–New York, 2009).

Je pense que les méthodes d'analyse utilisées dans ces oeuvres anglaises et françaises concernant les fêtes nationales des époques et des pays différents pourraient me servir en tant qu'exemple pour mes recherches sur les fêtes socialistes en Hongrie aussi. Les points de vue de ces chercheurs sont vraiment utilisables dans mes recherches aussi, même si les auteurs mentionnés ont analysé les fêtes plutôt dans les cadres du nationalisme. Dans mes recherches concernant les fêtes socialistes j'essaierai d'adopter un point de vue plus universel, mais pendant mon séjour à Paris j'ai pu prendre connaissance de la littérature internationale des recherches des fêtes nationales aussi.

En même temps, j'avais aussi la possibilité de lire un ouvrage d'Izabella Main, qui s'occupe des fêtes polonaises aux temps socialistes (Izabella Main: Political Rituals and Symbols in Poland, 1944-2002. A Research Report, Leipzig, 2003) et en visitant le séminaire de Larissa Zakharova et Patrick Fridenson intitulé Communications, lien social et rapports marchands dans les régimes autoritaire au XXe siècle à l'EHESS, j'avais la possibilité de faire connaissance avec Roman Krakovsky, qui a fait des recherches sur les fêtes de la Tchécoslovaquie à l'époque socialiste, surtout sur les célébrations du 1er mai à cette époque (Roman Krakovsky: Rituel du 1er mai en Tchécoslovaquie, 1948-1989, Paris, 2004; Roman Krakovsky: Réinventer le monde. L'espace et le temps en Tchécoslovaquie communiste, Paris, 2014). Les oeuvres de Roman Krakovsky et d'Izabella Main pourraient m'aider en tant qu'exemples et aussi je voudrais utiliser leurs recherches pour comparer les cas de la Pologne et de la Tchécoslovquie avec le cas hongrois de la même époque.

En résumant, je pense que mon séjour en France avec la bourse d'excellence de l'Atelier m'a beaucoup aidé dans le progrès de mes recherches, surtout en la connaissance de la littérature internationale concernant les fêtes nationales. J'avais la possibilité d'adopter de nouveaux points de vue et de faire connaissance avec les méthodes de recherche des fêtes, et cela va m'aider beaucoup en dirigeant ma future thèse. 

Veress Dániel

Compte-rendu de recherche

 

Séjour de recherche: entre le 3 et le 30 novembre 2014

 

Établissements visités:

  • La bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art
  • La bibliothèque de la Cité de l’architecture & du patrimoine
  • La Bibliothèque nationale de France, Site François-Mitterrand
  • INALCO, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC)

 

Dans le cas de ma recherche doctorale, à échelle macro (en se concentrant sur les efforts pour faire des architectures nationales en Europe [centrale]) il vaut la peine de fréquenter les bibliothèques plutôt que les archives. Grâce à la bourse du département, je me plongais dans les bibliothèques parisiennes abondantes. Cette possibilité n’était pas seulement fructueuse, parce que je suis dans les débuts de la rédaction de ma thèse de doctorat. Il y a d’une circonstance encore plus importante : mon sujet doctoral est transnational, ainsi je peux trouver de telles bibliothèques seulement aux métropoles, où j’ai la possibilité de lire sur l’histoire architecturale et sociale des plusieurs nations en même temps. (À Budapest et aux autres capitales d’Europe centrale je trouve seulement la bibliographie de la question publiée en langue nationale.)

 

Dans la Bibliothèque nationale de France j’ai examiné la bibliographie en français et en anglais sur l’Autriche-Hongrie et Vienne à la fin-de-siècle. (Il est suprenant que la BnF ait plus ouvrages anglais sur le sujet que la Bibliothèque nationale d’Autriche à Vienne.) Aussi dans la BnF j’essayais de me plonger dans l’étude sur nationalism studies. Probablement David Carroll serait l’auteur le plus important qui j’ai découvert pendant ma bourse. L’étude du professeur de l’Université de Californie a confirmé mon intuition selon laquelle les chercheurs du nationalism studies bien qu’ils préfèrent illustrer leurs arguments avec des exemples littéraires et d’art visuel, ils ne rédigent pas une interprétation générale du rapport entre le nationalisme et la culture. Après avoir connu les idées de Carroll, j’accorde de l’importance à diagnostiquer ce déficit.

 

Malgré les coordonnées géographiques, j’ai pris un catalogue tchèque super-pertinent en main pas à Prague, mais bien à Paris, dans la bibliothèque de l’INALCO. Le livre peut être la synthèse plus synthétique sur les essais d’art national en Bohême. Grâce au catalogue (National style, arts and politics, rédigé par Vendula Hnídková), je pourrai continuer à travailler avec mes hypothèses en liaison avec l’art national d’Europe centrale en connaissance des recherches tchèques les plus récentes. La bibliothèque de la Cité de l’architecture & du patrimoine s’est révélée utile en raison des synthèses sur l’architecture polonaise. De plus, j’avais également ici la chance de lire un ouvrage très pertinent : Mayors and city halls. Local government and the cultural space in the late Habsburg monarchy. Ce volume traite d’un des types d’édifices les plus représentatifs : les mairies. Je m’occupais de ce type d’édifice plusieurs fois antérieurement, ainsi maintenant le livre a transposé plusieurs fils de recherche dans de nouveaux contextes. Dernièrement, dans l’espoir du futur dépouillement, j’ai reproduit des trésors des livres (en premier lieu en connexion avec l’Europe occidentale et du Nord) dans la bibliothèque de l’INHA.

 

Il faut mentionner que malgré le fait que j’avais connu Paris auparavant, la ville m’a étonné (à nouveau). Ainsi que le patrimoine, tout comme l’art et l’architecture contemporaine continuellement s’accroissent avec les sites nouveaux. Si on prendrait en considération seulement les derniers mois, on voit une liste éblouissante : la Musée Picasso s’est rouvert ; le bâtiment de Fondation Louis Vuitton (construit par Frank Gehry) a ouvert ses portes ; le Centre Pompiodu a réorganisé ses exhibitions permanentes selon les conceptions radicales et palpitantes ; tandis que tous les chorégraphies de William Forsythe sont revenus à la scène dans le cadre d’une série rétrospective ; etc. En automne 2014 il y avait peu de capitale mondiale avec autant de culture que Paris. Grâce à ma bourse, j’en profitais beaucoup.

Varga Luca

Compte-rendu de recherche

 

Séjour de recherche:  entre les 3-30 novembre 2014

 

Établissements visités:

Les Archives de l’Institut International du Théâtre (I.I.T.) de l’UNESCO

Les Archives de l’UNESCO

Bibliothèque Nationale de France, Art du Spectacle

 

Mon thème de recherche est la question du théâtre et de la jeunesse en contexte national et en contexte international 1968-1980. En effet, le principal objectif de ma recherche en France a été d’élargir le cadre comparatif dans lequel il convient de traiter la question des liens entre théâtre et jeunesse dans la période étudiée.

 

Dans les Archives de l’I.I.T. de l’UNESCO j’ai cherché les documents relatifs au Comité à Théâtre et Jeunesse de l’I.I.T.(1971-1975). J’ai réussi à trouver les rapports et les programmes de travail de ce comité permanent parmi les matériaux des conférences générales de l’UNESCO; dans les documentations des divers congrès du même I.I.T. (14ième Congrès à Londres, 1971; 15ième Congrès à Moscou, 1973; 16ième Congrès à Berlin Ouest, 1975) ainsi que dans les procès-verbaux du Comité Exécutif de l’Institut International du Théâtre ( 49e-56e session 1970-1973).

 

Dans les materiaux du Comité Nouveau Thèâtre ( qui était un organe successeur du Comité Théâtre et Jeunesse) j’ai trouvé la documentation qui s’est formée pendant la période 1971-1973, comme  rapports et colloques et séminaires du Comité Théâtre et Jeunesse ( Seminaire de Londres 1973; Colloque de Leipzig 1974, et Congrès de I.I.T à Berlin 1975) correspondance entre les directeurs Peter James président du comité, et Jean Darcante secrétaire général, ainsi qu’ un exposé de Peter James sur les motifs de la transformation de Comité Théâtre et Jeunesse en Nouveau Théâtre Comité.

 

Dans les Archives de l’UNESCO j’ai trouvé une documentation plus  restreinte, parce que les Archives conservent seulement la correspondance entre l’UNESCO e l’I.I.T. Là, j’ai déniché divers matériels comme les Statuts de l’Association Internationale du Théâtre pour l’Enfance et la Jeunesse (1975), ou un rapport annuel sur les activités du Comité  Nouveau Théâtre (1981).

 

Dans la collection Art du Spectacle de la BNF j’avais la chance de découvrir les manifestes et les bulletins des diverses associations théâtrales de jeunesse,  comme Action pour le Jeune Théâtre (1973),  Théâtre de Chambre de Saragosse, Compagnie Théâtre et Action, Le Théâtre de l’Unité,  Compagnie Michel Berto. En plus, j’ai consulté une grande variété de monographies qui peuvent éclaircir le contexte historique français à l'époque, comme les effets de 68 sur le théâtre ou le rôle de décentralisation théâtrale, et la relation entre les jeunes compagnies théâtrales  et la politique culturelle de l’Etat financier de la culture. 

Kiválósági ösztöndíj

Hungarian (informal) Frendh (Fr) English (United Kingdom)